Dernier épisode

PARIS, 15 fév 2012 (AFP) – La cour d’appel de Paris a relaxé mercredi le chirurgien israélien qui avait opéré Jamal al-Dura, le père du petit Mohammed tué dans les premiers jours de la deuxième Intifada au cours d’une fusillade dans la bande de Gaza.
Au coeur de la controverse : un reportage de Charles Enderlin, correspondant permanent de France 2, et de son caméraman palestinien, Talal Abu Ramah, tourné dans la bande de Gaza le 30 septembre 2000.
Protégé par son père, Mohammed al-Dura, 12 ans, y perd la vie lors d’un échange de tirs entre l’armée israélienne et des activistes palestiniens. Les images ont donné lieu à une polémique sur l’origine des tirs ayant provoqué sa mort et sur une éventuelle mise en scène.
France 2 a attaqué en diffamation le directeur de l’agence Media Ratings, Philippe Karsenty, qui affirmait que le reportage avait été truqué. Condamné en première instance, Philippe Karsenty a été relaxé en appel, la cour reconnaissant que les images étaient sujettes à débat. Le dossier est actuellement en cassation.
Dans un autre volet, c’est le père de l’enfant qui a saisi la justice française pour voir condamner deux articles parus en septembre 2008 dans l’hebdomadaire « Actualités juives ». Un chirurgien israélien, Yehuda David, qui avait opéré Jamal al-Dura en 1994, y affirmait que ses blessures étaient antérieures à la fusillade de 2000.
En 2011, le tribunal correctionnel de Paris avait condamné le médecin et l’auteur des deux articles, le journaliste de France 3, Clément Weill-Raynal, à chacun une amende de 1.000 euros avec sursis, ainsi qu’à 5.000 euros de dommages et intérêts.
Mercredi, la cour d’appel de Paris a estimé que les pièces « ne permettent pas d’établir de manière parfaite, complète et corrélative (…) que les blessures que la partie civile affirme avoir subies » en 2000 « sont plus anciennes », ni « qu’elle s’est prêtée à une mise en scène ».
Alors que le tribunal avait estimé que Yehuda David imputait à Jamal al-Dura « d’avoir délibérément menti sur l’origine de ses blessures aux fins de se prêter à une manipulation de l’opinion internationale », la cour d’appel a considéré que le médecin n’était pas de mauvaise foi et s’était exprimé « sur une base factuelle suffisante ». A ce titre, elle l’a relaxé.
En revanche, la cour a condamné Clément Weill-Raynal à 1.000 euros d’amende avec sursis, 1.000 euros de dommages-intérêts et 6.000 euros de frais de justice pour un article sur le même sujet du 25 septembre 2008. La cour a épinglé son ton « péremptoire » et « l’absence de mesure ».
dom/mba/phc

Partagez:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

captcha

Pour éviter les utilisations abusives des commentaires, merci de recopier les caractères ci-contre avant de valider votre commentaire.

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

2 réponses à Dernier épisode

  1. Michel Ruault dit :

    Il est invraisemblable qu’un tel drame ait pu susciter autant de tentatives de récupération politique. Un fait est certain : un gosse innocent est mort pris au milieu d’échanges de tirs alors que son père faisait tout pour le protéger. Il est encore plus invraisemblable qu’un chirurgien se permette de se servir de son activité, normalement dans le cadre du secret médical, pour intervenir dans un débat complétement truqué.
    Charles Enderlin est un journalisme respectable qui a eu le tort de rapporter honnêtement ce qu’il voyait. Au risque de gèner un certain nombre de gens. Son reportage est encore vivant dans ma mémoire et je l’en remercie.

    • Charles Enderlin dit :

      Un certain Gérard m’écrit en affirmant qu’aucune autopsie n’a été réalisée.. Il raconte par ailleurs que le Hamas à Gaza refusait l’exhumation du corps de Mohammed al Dura. C’est encore une fois n’importe quoi. France Télévisions, avec l’accord du père a propose d’aider d’une manière ou d’une autre à une opération, notamment aux fins d’autopsie et de prise d’ADN..La réponse de ces messieurs les pseudo experts parisiens, a été: « ce la ne prouve rien! » .. Lire mon livre: « Un enfant est mort »..