Des magistrats dans le collimateur de la justice

On ne sait pas s’il faut s’en réjouir ou s’en attrister. On ne sait pas si c’est le signe d’une bonne démocratie ou celui d’un pourrissement de nos institutions.

Trois juges font la « une » de l’actualité judiciaire. Non pas pour leur fait d’armes mais plutôt leurs méfaits, supposés. Certes, il ne faut pas faire d’amalgame et des comparaisons trop réductrices. Mais ce télescopage de comparutions, de mises en accusation est somme tout assez troublant.

C’est d’abord le procureur Philippe Courroye qui est convoqué par une juge parisienne. Sylvia Zimmerman, déjà en charge de la catastrophe du vol Rio-Paris, lui a notifié par courrier de son intention de le mettre en examen dans le dossier dit des « fadettes », un des volets de l’affaire Bettencourt.  Dans cette instruction qui met en cause les autorités politiques, policières et judiciaires, la juge, dont on connait le sérieux et l’indépendance, montre qu’elle ira jusqu’au bout dans ses investigations.

Résultat, Philippe Courroye, dont le nom avait circulé pour occuper le poste de procureur de la république de Paris, voit toute idée de promotion hiérarchique stoppée. Pour la Chancellerie, il ne s’agit plus de lui trouver un poste mais plutôt un point de chute.

Nanterre toujours avec son ex-collègue du pôle financier, Isabelle Prévost-Desprez. Entendue la semaine dernière par les juges de Bordeaux, désormais chargés des dossiers Bettencourt, la présidente de la 15 ème chambre correctionnelle de Nanterre est convoquée vendredi matin par sa hiérarchie. Comme nous l’avions évoqué ici même, Michel Mercier, le garde des Sceaux ne souhaitant pas être à l’origine d’une telle procédure, c’est au président de la cour d’appel de Versailles de décider des poursuites disciplinaires à engager contre la magistrate après ses propos dans le livre « Sarko m’a tuer ». Si Alain Nuée décide de saisir le CSM, Isabelle Prévost-Desprez pourra-t-elle sereinement continuer à présider des audiences correctionnelles? Gardera-t-elle le dossier Médiator qui pourrait être jugé en mai prochain à Nanterre? Lundi, lors d’une audience de procédure, c’est le président du TGI, Jean-Michel Hayat, qui l’avait remplacé pour diriger les débats.

Troisième et dernier magistrat montré du doigt par un de ses collègues: Jean-Louis Bruguière. Ce dernier est parti à la retraite. Mais c’est son successeur à la section antiterroriste du palais de justice de Paris, Marc Trévidic, qui le met indirectement en cause pour son instruction de l’attentat de Karachi le 8 mai 2002. Au centre de ce bras de fer, un rapport de médecine légal concernant le kamikase présumé. Un rapport que Marc Trévidic n’a jamais trouvé dans son dossier d’instruction. « Je ne l’ai jamais eu » avait déclaré M. Bruguière interrogé par le juge Trévidic en mai dernier. Une version démentie par les experts médicaux et la DST. Or, il se trouve que les constatations des experts contredisent la thèse soutenue par le juge Bruguière.

Un procureur devenu simple prévenu dans le bureau d’un juge. Une juge convoquée par son chef de juridiction pour des motifs disciplinaires. Un juge d’instruction qui remet à sa place son prédecesseur. Une justice qui lave son linge sale en famille.

Partagez:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

captcha

Pour éviter les utilisations abusives des commentaires, merci de recopier les caractères ci-contre avant de valider votre commentaire.

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

5 réponses à Des magistrats dans le collimateur de la justice

  1. Vincent dit :

    J’espère qu’ils auront le tps d’aller jusqu’au bout, parce que partout c’est le bordel et ce ne sont pas nos hommes politiques qui mettront de l’ordre .

  2. Choubidou dit :

    Des magistrats en bande organisée dans quel collimateur ?
    Ils ne sont pas trois mais au moins quelques dizaines dans cette affaire qui garantit depuis 15 ans l’impunité au directeur de campagne de F Mitterrand. Et combien de Gardes des sceaux également impliqués ?
    Mais qui en parle ?

    • dd dit :

      Bonjour,
      Je serai intéressée d’approfondir le sujet à propos de cet ex directeur de campagne et de son impunité… si le coeur vous en dit d’aller plus loin, je suis preneuse…
      cdt
      dd

  3. Eliza dit :

    Bonjour

    Que les magistrats aient une tendance politique c’est leur droit mais cela ne doit pas interférer dans leur façon de traiter les dossiers et les personnes qu’ils concernent. Il ne devraient pas non plus appartenir à un quelconque syndicat, droite ou gauche!!!!
    la justice les rattrapes ,pas étonnant ils trempent plus ou moins dans des affaires tordues ,et maintenant ils crient à l’injustice c’est le comble !la justice ce n’est plus exactement ça depuis belle lune ..y’aura t’il un changement en 2012 ?je ne sais plus que penser !mais je suis convaincu que c’est nous modestes citoyens qui devraient crier à l’injustice..

  4. Maryan dit :

    Dans l’affaire instruite par la juge Zimmermann concernant le dossier des fadettes, un des volets de l’affaire Bétencourt, est il possible pour la magistrate instructrice de procéder à la vérification des fadettes de Monsieur Squarcini ?