Archives quotidiennes : 2 mars 2012

Quand la justice est avant tout un bel ouvrage

Les livres sur la justice se multiplient comme des petits pains. Nous en avons déjà évoqué certains ici même. Nous pourrions rajouter dans notre bibliothèque idéale celui que le juge Gilbert Thiel vient de signer avec Daniel Carton. Un question-réponse de près de 250 pages au titre très évocateur. « Derniers jugements avant liquidation » (1). Après 35 ans de magistrature, l’un des juges les plus emblématiques de cette institution dresse un bilan lucide mais désespérant. Bien sûr certains verront dans cet état des lieux, le regard d’un magistrat qui n’est plus en odeur de sainteté chez ses chefs de juridiction, le testament d’un juge aigri, désabusé. Il s’agit pourtant d’une plongée assez fidèle à la réalité. Non seulement, Gilbert Thiel ne cache rien mais tout au long de son ouvrage, il s’efforce d’être pédagogique. Bien sûr, Thiel instruit son bilan à charge et à décharge mais en prenant soin de prendre par la main le lecteur pour l’emmener dans les méandres de la justice. C’est assurément un coup de gueule. Mais c’est aussi un cri du cœur.

Dans un autre domaine, signalons le très sérieux ouvrage de Jacques Krynen. Ce professeur à l’université de Toulouse fait paraître son second tome de « l’Emprise contemporaine des juges » (2). A ceux qui avancent que la justice a perdu de son influence au fil des siècles, l’auteur rétorque qu’au contraire les juges ont étendu leur pouvoir. Autrement dit une émancipation du pouvoir judiciaire, une judiciairisation, à tous les étages de notre démocratie. Pénal, civil, administratif, prud’hommes, Cour de cassation, Conseil d’Etat, Cour des Comptes, Conseil constitutionnel, cours européennes, toutes ces juridictions font que le droit a pris le pas sur le politique.

Mais s’il fallait ne retenir qu’un seul ouvrage, ce serait assurément celui d’Etienne Madranges. « Les palais de justice de France » (3). Magistrat mais aussi historien, il s’est rendu dans presque la totalité des palais de justice de l’hexagone. Un long voyage qu’il a réalisé muni d’un petit carnet de notes mais surtout d’un appareil photographie. Rien n’a échappé à l’œil de ce fouineur intarissable. Le volumineux ouvrage débute par les bancs de justice pour s’achever par les plaques de rues proches des tribunaux.

Ce livre est un régal. Une découverte des premiers palais qui datent du 12ème siècle aux tribunaux qui sont reconvertis en hôtel de luxe comme à Nantes ou en cinéma comme à Lourdes, en passant par les nouvelles cités judiciaires. Aussi vous apprendrez que les juges ont ou siègent dans des bâtiments qui furent précédemment des lieux de cultes, des châteaux, des greniers à sel, des écoles, dans des cliniques, dans des parlements. Vous découvrirez ainsi que les palais de justice de Fumay (Ardennes), de Rochefort, (Charente-Maritime), de Castelsarrasin (Tarn), Dax (Landes) ont succédé respectivement à des Bains-Douches, à une caserne, à une ancienne Caisse d’Epargne ou à une maison de Maître. Des façades, des frontons, des gargouilles, des colonnes, des statues, des fresques, des dorures, des bas-reliefs, des vitraux, des glaives, des balances, des symboles républicains, des symboles religieux, des symboles mythologiques, des salles de pas perdus, des salles d’audience, des salles de délibération, rien n’a échappé à Etienne Madranges.

Etonnant enfin, les pages de livre consacrés aux barres des témoins. Celle d’Albi constituée des trois épées en bois. Celle de Saintes avec son siège rembourré. Celle de Montmorillon, d’une très grande fragilité apparente. Anecdotique mais cocasse, le sous-sol du tribunal de Mantes-la-Jolie. Il renferme une douche qu’a utilisée Landru lors de l’instruction de son affaire criminelle. Amusant ce tableau accroché dans le bureau du procureur général de Bastia. Il représente un ministre de la justice du XIXème siècle qui tient de la main droite une lettre sur laquelle on peut lire distinctement deux mots : « Napoléon » et « mon cul ». Un pied de nez sans doute.

(1) « Derniers jugements avant liquidation » de Gilbert Thiel et Daniel Carton. Ed Albin Michel

(2)  » L’emprise contemporaine des juges » de Jacques Krynen. Ed Gallimard

(3)  » Les palais de justice de France » d’Etienne Madranges. Ed Lexis Nexis

Partagez: